Lectrices tout terrain

  • Devant le sapin
    Celine et Milou sont capables de lire partout et dans toutes les circonstances ! Jugez vous-même... ;-)

« Sénèque | Accueil | "Au lieu d'exécution", de Val McDermid (5/5) »

30 septembre 2007

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c058f53ef00e54eed70f38833

Voici les sites qui parlent de "L'homme sans qualités", de Robert Musil :

Commentaires

Milou

Bienvenue chez Enlivrezvous, Mikolka! Je suis ravie de beneficier de ton jugement critique aiguise pour enrichir le blog ;-)

sylvie

j'ai ce livre phare depuis très longtemps, et... je ne suis jamais arrivée à le lire... Il m'est toujours tombé des main. Je suis en train de lire la fille sans qualité de julie zhe, qui y fait référence... Ton article vient me conforter dans l'idée qu'il faut que je m'y attaque!

Mikolka

Chère Milou, je tiens à te dire, comme en un certain film, "the honour is mine".

Chère Sylvie, je conçois tout à fait que l'Homme sans qualités puisse tomber des mains du lecteur.
Première raison: comme le disait les Anciens à propos d'Homère, "le poète sommeille parfois".
Deuxième raison: la lecture d'un livre est semblable à toute expérience esthétique, elle est avant tout un plaisir individuel (mais fondée sur des raisons ou des causes objectives). Relatif à celui qui l'éprouve, le plaisir diffère d'un individu à un autre. J'aime ce livre, mais je conçois que quelqu'un d'autre reste indifférent.
Troisième raison: car un livre de ce type, où il ne se passe rien, peut tout à fait laisser indifférent. L'homme sans qualités est semblable aux oeuvres de Marcel Proust, de Virginia Woolf (à propos desquels je laisserai des billets bientôt) et de nombreux auteurs modernes: c'est l'exposition du flux de conscience qui prime sur l'objectivité des événements. Et toutes les consciences ne sont pas intéressantes! Ou toutes ne suscitent pas de l'intérêt. Ou toutes ne procurent pas du plaisir.
Conclusion: ne vous forcez pas à lire un roman pour lequel vous n'éprouvez pas de plaisir (sauf si vous vous interrogez sur ce qui constitue les sources du plaisir esthétique).

Nevorik

moi j'avoue que lire un livre aussi gros quand je sais qu'il n'est pas fini et que je vais regretter le jour ou je suis nee lorsque j'arriverai au trou (bien sur au moment le plus fatidique), ben ca me gonfle un peu, voila, pour tout dire... (Without hard feelings, Mikolka)

Mikolka

Chère Névorik,

Il existe deux types de plaisir dans la lecture, me semble-t-il, qui correspondent chacun à deux types de romanesque.
Le plaisir de satisfaction correspond aux romans où l'intérêt est dans la fin. Le lecteur est attiré vers cette fin comme par une force magnétique. Et sans cette fin, le reste est incompréhensible et incomplet. Dans cette catégorie, je range les romans policiers, fantastiques, sentimentaux... Avec la connaissance de la fin meurt l'envie de lire ce type de romans.
Le plaisir du désir correspond aux romans où le chemin prime sur la fin. La connaissance de la fin ne change rien à la jouissance du lecteur, puisque le plaisir ne consiste pas dans les hypothèses que peut émettre le lecteur pour trouver la fin. Ce genre laisse donc par essence insatisfait. Plus vous le lirez plus vous aurez envie de le lire, car chaque fois l'impression d'avoir manqué quelque chose se fera plus forte. Et pourtant ce n'est pas ce quelque chose qui manque qui vous procurera du plaisir, mais le fait de suivre le chemin du romancier. Ce n'est donc pas comme le premier un plaisir spéculatif ou de connaissance, mais un plaisir pratique. "Pratique" parce qu'il invite à l'écriture. Et l'Homme sans qualités fait partie de ceux-là.
Without hards feelings, my dear. But think hard.

Mikolka

Bonsoir!

Je voudrais souhaiter une excellente année 2009 à toute la bande des rédacteurs d'Enlivrez-vous, ainsi qu'à leur famille.

Je signale aussi que je viens de publier un billet sur mon blog à propos de Musil. Si vous êtes intéressé, voici le lien: Weininger, Wittgenstein, Musil.

Amicalement

céline

Bonne année à toi Mikolka ! Je suis très heureuse de savoir que tu as ouvert un blog, il nous permettra d'alimenter d'autres débats sur la littérature !

Mikolka

Merci!

Mon blog est ouvert depuis plusieurs mois déjà. Il comprend un peu plus de 90 billets. C'est un blog de logique mathématique, de philosophie des sciences et de psychologie (neurosciences). Les amateurs ne trouveront peut-être pas sur mon blog de quoi nourrir leurs insatiables fringales de littérature...

Deux billets sur Montaigne sont cependant prévus dans les jours qui viennent. Et je n'exclus pas de parler de littérature à nouveau dans un futur plus ou moins lointain.

A bientôt!

Léthée

Ah ! Celui-ci est dans ma PAL depuis que Kundera en a parlé. Donc depuis des années, mais je me suis promis de le lire en 2009 !

Aliénor

Mon mari me pousse à le lire depuis un bon moment, mais j'avoue que son imposant volume me rebute un peu.

Mikolka

Aliénor: une lectrice qui aurait peur d'un livre. On aura tout vu!

Rastignac

Je suis en train de lire "L'homme sans qualités" de Robert Musil.

Qu'il est étrange ce roman! il est à la fois étrange et ennuyeux et pourtant je continue à le lire parce ce serait un des romans les plus importants du XX ème siècle et parce que ,comme l'a dit un des intervenants,"Plus vous le lirez plus vous aurez envie de le lire, car chaque fois l'impression d'avoir manqué quelque chose se fera plus forte"

Les peronnages me paraissent être des ectoplasmes qui dissertent à l'envi, d'une façon confuse, sur sur l'Etre, la philosphie et la politique .

Est-il donc possible de parler de roman pour une telle oeuvre ? ne s'agirait -il pas plutôt d'une réflexion philosphique qualifiée de roman ?

Ce "roman" ne pourra jamais être grand public alors que "La nausée" , oui.Il y a toutefois des ressemblances entre ces deux romans , ne serait-ce que par l'interrogation sur la réalité de ce monde avec tous les potentiels possibles qu'il recèle.

Ce "roman" ne pourra jamais être grand public? alors que "A la recherche du temps perdu" peut accrocher le grand public parce que les personnages vivent devant nos yeux .
Ce "roman" ne pourra jamais être grand public, car l'écriture est aussi sèche quen compte-rendu d'un accident entre deux automobilistes.
Ce "roman" ne pourra jamais être grand public, car toute poésie en est absente.

Mai que veut donc nous dire ce roman ?

Il est vrai que je ne suis q'à la page 194 du tome 1de la nouvelle édition du Seuil.

Chers amis inconnus, j'aimerais connaître vos réactions quant à votre an lyse.Encoragez-moi pour que je le termine!

Vive la littérature !et avec toute mon amitié.

Rastignac

A Mikolka

Bravo pour votre excellente anlyse

céline

Bonjour Rastignac, merci pour votre commentaire enthousiaste ! N'ayant pas lu "L'homme sans qualité", je ne peux malheureusement pas participer au débat... Mikolka n'a publié que cette note sur ce blog et je ne sais pas s'il lit souvent les commentaires... Bonne journée !

dantés

D'accord avec tout ce qui s'échange : en particulier l'angoisse devant la masse de l'oeuvre , mais aussi la densité des themes , le caractere parfois difficile à saisir du sens des idées exprimeés, les va et vient de la pensée Mais personnages passionnants. Je crois qu'il faut mériter ce livre.

céline

Un livre que je n'ai toujours pas mérité... Peut-être un jour !

InMusilWeTrust

Il faut absolument diffuser ce livre c'est un chef d'oeuvre : je n'ai lu que les trois premières pages (je suis étudiante j'ai plein d'autres teucs à lire) et cela me suffit pour l'affirmer.

Très bon blog btw,

Alice

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire