Lectrices tout terrain

  • Devant le sapin
    Celine et Milou sont capables de lire partout et dans toutes les circonstances ! Jugez vous-même... ;-)

« "Lunar Park", de Bret Easton Ellis | Accueil | "Comme un roman" de Daniel Pennac »

02 décembre 2007

Commentaires

Céline

Je crois qu'il va falloir que je fasse un détour par ce Céline ! Ajouté à PAL.

Mikolka

Bonjour,

Je te félicite d'avoir lu une oeuvre aussi déroutante et difficile que celle-là.
Mes souvenirs de lecture des oeuvres de L-F Céline sont aujourd'hui presque effacés. J'ai presque entièrement oublié la trame des événements et la progression des romans de Céline que j'ai pus lire.
Toutefois, je garde une impression assez nette de la forme d'écriture, du style de Céline, que tu as raison de souligner, qui est inimitable. Sa capacité à construire des sentences morales, à résumer une vie en une phrase S-V-C, à rapprocher des mots que tout séparait, est extraordinaire. Cette capacité est nourrie d'une pensée difficilement qualifiable, qui oscille entre le stoïcisme (qui expliquerait la tendance à chercher des formules qui frappent, comme dans le Manuel d'Épictète ou les Pensées de Marc-Aurèle), le scepticisme et le faux pessimisme du déçu. Tu remarques à juste titre son anticapitalisme, sa misanthropie...
Cependant, je ne partage pas ton avis quand tu écris qu'il "écrit comme l'on parle". 1) La langue de Céline, avec son caractère sentencieux, n'est guère spontanée et inconsciente. Quand nous parlons, nous ne réfléchissons pas aux structures du langage. L-F Céline tente de retrouver cette spontanéité populaire par la réflexion et le travail sur la langue. 2) Je ne connais personne qui utilise un argot comparable à celui des romans de L-F Céline. Je crois que tu veux dire par cette expression qu'il n'utilise pas un langage soutenu et courant. C'est un euphémisme! Sa langue est populacière, parfois franchement vulgaire, mais toujours complexe.
Sur le style, j'aurais aussi ajouté que le réalisme est le noeud de son travail. Il a toujours revendiqué son attachement à la bassesse scatologique de Rabelais.
Mais je m'emporte, je m'emporte, sur ce livre qui avait soulevé mon enthousiasme. Je te remercie de m'avoir donné l'occasion de me souvenir de ces moments de lecture.
Je terminerais par une précision d'histoire littéraire: le livre a échoué au prix Goncourt de 2 voix, mais a été élu par le Renaudot de 1932. Il fut un succès de librairie dans le milieu des années 30.
Mikolka

Mikolka

Finalement, j'ai découvert que je n'en avais pas terminé.
Mes remarques sur la sentence morale me paraissent ambigues. Je ne veux pas dire qu'il écrit des maximes sur ce qu'il faut ou ne pas faire. Ces sentences morales ne sont pas moralisatrices.
Elles ne font qu'emprunter la forme des sentences morales.
Un exemple. Dans Mort à crédit, après avoir décrit l'agonie d'un homme lors d'un accident cardiaque, il écrit (je cite de mémoire): "on devrait toujours revenir d'une déchirure du myocarde, il y aurait de la sagesse pour tout le monde."
On: impersonnalité de la règle morale
Tout le monde: généralité de son application
Devrait, sagesse: dimension morale de la sentence.
Je ne veux pas faire le commentaire stylistique complet de cette phrase. Je veux montrer qu'il emprunte la forme sentencieuse, pour la détourner (le conditionnel présent de "devrait" anéantit la force du devoir). Il veut conserver la force de frappe de la sentence tout en la vidant de sa substance morale. La réalité devient la substance de la maxime.
Il me faudrait mentionner aussi ses ruptures dans la syntaxe... Encore une fois, je m'emporte...
Mikolka

Milou

Mikolka, merci pour ces apports fournis ! Relis donc ce roman, si tu as la chance de ne pas t'en souvenir :-)

Je ne suis pas prête à répondre à ce débat passionné. Je crois que quelque part j'ai peur qu'une analyse trop approfondie me gâche le plaisir d'être déroutée, dérangée, choquée par Céline...

Mikolka

Bonjour Milou,

Malheureusement, je n'ai pas le temps de relire les oeuvres de L-F Céline ou de découvrir celles que je n'ai pas encore lu. Ce temps viendra, j'en suis sûr.
Quant au désir de préserver la force de l'émotion qu'on peut ressentir lors d'une lecture, je partage ton avis. Seulement sur la fin.
1) Je veux dire qu'une émotion est instable, elle a des variations d'intensité, des modulations dans son contenu, elle finit par s'éteindre. C'est pourquoi je crois que l'analyse a un rôle à jouer. L'analyse est le moyen de recréer, après la surprise de la découverte, les émotions de la première lecture. Parce que, nous faisant comprendre pourquoi nous avons ressenti telle ou telle émotion, elle nous fait repasser par elles. Il y a de très belles pages chez Paul Valéry (notamment sa leçon d'introduction à son cours au Collège de France) à ce sujet, et c'est l'un des principes de la poétique de Mallarmé.
2) Ce qui me pousse à accorder de la place à l'analyse, c'est le fait que la cause de nos chocs et de nos émotions, est l'analyse, bien qu'elle se passe de manière inconsciente. Analyser avec précision un texte, c'est simplement faire passer dans la conscience ce qui était involontaire et inconscient. Rien de plus.
Je ne crois donc pas l'analyse dénature les émotions. Je crois plutôt que c'est un excellent moyen pour continuer à être dérouté et choqué.
En art, l'analyse et la raison sont au service de l'émotion, si tu m'accordes cette manière de parler un peu vague, imagée et trop manichéenne. Elles sont les moyens d'approfondir ce que nous ressentons. Nous sommes donc d'accord sur la fin, mais pas sur les moyens.
À bientôt.

Zorglub

C'est l'un de mes écrivains favoris !!! il a inventé l'argot dans ses romans, il ne le parlait pas du tout !

Julien Bal

Bonjour,

Ce bref mail pour vous signaler un spectacle célinien qui sera présenté sous peu à Paris : Nuit d'Amérique.


Nuit d'Amérique (d'après les chapitres américains du "Voyage au bout de la nuit"de L. F. Céline)
Théâtre du temps, 9 rue du Morvan, Paris.
Du 18 au 28 février 2010.
20h30 et 17h dimanche.
Version scénique / Mise en scène : Julien Bal
Avec : Guillaume Paulette, Valentina Sanges, Giulio Serafini, Julien Ratel, Renaud Amalbert, David Augerot.
Musique : Paul Anka
Chorégraphies : d'après Gene Kelly
Lumières : Renaud Amalbert
décor : lightcorner

Infos : chromoscompagnie ( at) yahoo.fr

céline

@ Julien Bal : merci pour l'info, mais j'aurai du mal à venir depuis Bruxelles :-) Bonne réussite à votre spectacle !

Milou

@ Julien : moi je le note et viendrai !!!

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)